Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
Mandat Confiance / Exclusivité
Bienvenue chez CENTURY 21 Victor Hugo, Agence immobilière GRENOBLE 38000

L’été devrait rester très favorable aux emprunteurs

Publiée le 05/07/2018

 

Les jeunes et les primo-accédants sont particulièrement concernés avec de gros efforts consentis par les établissements bancaires sur les durées longues.

Non seulement la faiblesse des taux d’intérêt d’emprunt joue les prolongations mais de nouvelles baisses sont observées par les courtiers depuis le début du mois de mai. En cette période printanière, très importante pour les achats immobiliers, les banques profitent d’un contexte toujours favorable pour se refinancer à bon compte et ainsi attirer les clients avec des taux planchers. En effet, contrairement à la hausse des taux longs américains qui fait l’actualité, en France le rendement des OAT 10 ans reste autour de 0,8% avec peu de volatilité.

Baisse de la demande. Depuis plusieurs mois, les banques font face à une baisse de la demande de financements immobiliers et sont donc en retard sur leurs objectifs commerciaux de production de crédits. Elles doivent rester offensives pour attirer de nouveaux clients. On emprunte aujourd’hui en moyenne 1,40% sur 15 ans, 1,65% voire 1,60% sur 20 ans et 1,85% sur 25 ans. Pour les meilleurs dossiers, les courtiers parviennent même à descendre jusqu’à 1,10% sur 15 ans, 1,25% sur 20 ans et 1,50% sur 25 ans.

Des taux d’appel sur le 25 ans. Le courtier Meilleurtaux souligne que les jeunes et les primo-accédants, une catégorie affectée par l’impact du recentrage du PTZ et par la suppression de l’APL accession, sont particulièrement ciblés avec de gros efforts consentis par les établissements bancaires sur les durées longues. A titre d’exemple, Meilleurtaux explique que si le taux moyen sur 25 ans est affiché à 1,83% dans la réalité, la grande majorité des dossiers est financée à des taux autour de 1,60% sur cette même durée, y compris sans apport. Un taux sur 25 ans qui tend donc à se rapprocher de celui sur 20 ans alors qu’un écart significatif était pratiqué entre ces deux durées dans le passé.

Peu d’inquiétude à court terme. La bonne nouvelle, c’est que les professionnels n’envisagent toujours pas de remontée imminente des taux. « Taux directeurs toujours très bas, concurrence très vive entre les banques renforcée par un premier trimestre décevant sont autant d’éléments qui nous font garder le même cap et continuer de croire à des taux toujours aussi bas, au moins jusqu’à l’été inclus », pronostique Meilleurtaux.com.